femmesLe mardi 5 avril 2022

Par Jean Pierre NAVAILLES, agrégé d'anglais, docteur -ès- Lettres, professeur des universités honoraire (Paris XI), membre de l’Académie d’Orléans.

   Amélie Beaury-Saurel : Nos Éclaireuses (1914)

 Les femmes occupent une place de choix dans l'iconographie des décennies qui voient le féminisme prendre forme.

 Iconographie au sens large puisqu’elle va de la carte postale aux tableaux impressionnistes, en passant par la presse illustrée et la caricature.

 L'album que je vous propose de feuilleter s'ouvre par une revue de garde-robe, avec deux vêtements emblématiques de l'époque : le bloomer et la crinoline. Suivra une galerie de portraits consacrés au bas-bleu, à la suffragette, à la cocotte, à l'épouse, et à la mère de famille. Cette approche par les images vise à appréhender le regard que portent les dessinateurs et les peintres sur le statut et les rôles qui sont dévolus aux femmes. Leur témoignage n'est pas neutre : il est 'genré', dirait-on aujourd'hui. Mais marque-t-il une ouverture à certains métiers, à de nouveaux droits pour les femmes ? En somme contribue-t-il à annoncer ou bien à dénoncer l'évolution qui se dessine au 19e siècle ?